Aux patients SED réticents vis-à-vis des vaccinations anti-grippale (Influenza) et anti-Covid-19 (SARS COV-2) : texte à suivre sur la désinformation anti-vaccins.

Chers patients,

La vaccination anti-Sars Cov2 (la Covid-19) semble à nouveau, de façon absurde, remettre en question le bienfondé de la vaccination en général.

Je pensais, à tort, que ces bêtises, racontées à souhait, quant aux effets délétères des vaccinations étaient surannées. Malheureusement, il reste des FAKE News, tant dans les médias que sur des forums de patients.

Je vais donc, UNE FOIS DE PLUS dans ma carrière, devoir expliquer les principes de la vaccination, les fausses vérités qui l’entoure et le pourquoi de l’obligation d’adhérer à celle-ci aussi bien pour se protéger soi-même que, moralement, protéger les autres et ainsi vous rappeler notre devoir sociétal.

Quelques exemples historiques :

– La variole (la petite vérole) a été éradiquée de la surface de la Terre grâce à la vaccination. Ce tueur en série aurait continué de perpétrer 2 à 3 millions de morts chaque année selon l’OMS. Elle a engendré des horreurs pendant des milliers d’années, la vaccination était obligatoire jusqu’en 1972. Le virus de la variole est transporté par l’air (comme le virus de la covid). Elle provoquait, outre un syndrome grippal et d’affreuses éruptions, la mort dans 3 à 30% des cas, selon la variante de celle-ci (forme majeure ou mineure).

– La poliomyélite a également quasiment disparu hormis dans certains pays du continent asiatique. La « polio » est un virus qui atteint la partie antérieure de la moelle épinière, générant des paralysies musculaires, des atrophies, et des détresses respiratoires (par atteintes des neurones qui innervent les muscles respiratoires). Nous avons encore en tête ces images affreuses de poumons artificiels et ces amis de notre jeunesse ayant des membres inférieurs de taille inégale. Grâce à la vaccination, ces images ne nous hantent plus.

Très peu d’études cliniques sérieuses avaient été réalisées avant la vaccination de ces deux maladies, et en tous cas, nettement moins sérieuses que celles faites dans le cadre de la grippe ou du Sars Cov-2.

Les controverses concernant la vaccination est le fruit d’un mensonge intentionnel d’un scientifique anglais, Andrew Wakefield (1957 – ). Ce dernier a volontairement faussé les résultats qu’il avait obtenus quant à la vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et publié un article à sensation en 1998.

Dans cet article il disait (je le rappelle : il a menti intentionnellement sur ses résultats) que le vaccin ROR provoquait des spectres autistiques. Les médias se sont emparés de cet article, puis l’opinion publique et ainsi est né le courant anti-vaccination.

Tout cela basé sur un mensonge créé par UN scientifique.

Beaucoup d’articles ont démenti et accusé Wakefield, il a même été interdit de pratiquer la médecine au Royaume-Uni.

Mais le mal était fait et il s’est repandu : Les vaccins sont dangereux!

MAIS … c’est faux!

Voir:

Dyer C. Wakefield was dishonest and irresponsible over MMR research, says GMC. BMJ, 2010;29:340:c59.3.

Flaherty DK. The vaccine-autism connection: a public health crisis caused by unethical medical practices and fraudulent science. Ann Pharmacoth, 2011;45(10):1302-1304.

Pour le vaccin anti-grippal, il évite d’innombrables morts chaque année, pas tant à cause du virus lui-même, mais des surinfections bactériennes pulmonaires qui s’ensuivent. Le virus de la grippe mute chaque année, mais le vaccin confère une protection d’environ 60%. C’est à dire que sur 100 personnes vaccinées ET exposées au virus de la grippe: 60 personnes ne vont pas développer de grippe ou présenter des symptômes très légers (et en tous cas pas de pneumonie bactérienne) et 40 personnes développeront effectivement la grippe (pas plus grave que d’habitude, la grippe est toujours très difficile à vivre pendant 7 à 10 jours). Le but des vaccination n’est pas seulement de vous protéger VOUS, mais également de protéger les AUTRES.

Si un nombre suffisant de personnes se fait vacciner contre la grippe, le virus ne pourra plus circuler comme il le veut et il s’éteindra.

De même pour le vaccin anti SARS COV-2 de Pfizer mais avec une protection à plus de 85% !!

Oui cela a été vite pour le développer et heureusement pour nous. La majorité de l’effort de recherche vaccinale a été focalisée sur le SARS COV-2, ce qui n’est pas le cas pour la grippe saisonnière et avec BEAUCOUP BEAUCOUP BEAUCOUP plus d’argent pour cette recherche. C’est comme dans tout en médecine : au plus il y a d’argent disponible, au plus il y a de chercheurs, et au plus il y a de « trouveurs ».

Jamais un vaccin n’a été testé préalablement sur autant de personnes avant d’être mis sur le marché, jamais ! C’est très rassurant.

Pour les SED, il faut un vaccin mort ou un vecteur ARN (un bout du code génétique du virus ou autre), comme cela il n’y a pas de risque de réactivation du virus si on injecte le vaccin chez des immunodéprimés (comme pour la fièvre jaune par exemple, le vaccin est VIVANT atténué). Il y a davantage de chute de l’immunité chez les SED. Il faut le savoir. Donc pas de vaccin VIVANT atténué.

Conclusion : FAITES VOUS VACCINER rapidement pour la grippe, et en janvier-juin pour le SARS COV-2 : Aucune hésitation n’est possible. Les autres discours relèvent soit de la peur, soit de la désinformation soit de la bêtise humaine.

Dr Stéphane DAENS
Médecine Interne – Rhumatologie
Coordinateur Réseau d’Experts du SED Orphanet INSERM